Jaguar Type-D et les 24h du Mans (part2)

Suite aux dramatiques événements de 1955, la ligne droite des stands du circuit du Mans subit de profondes modifications et l’ACO édita un nouveau règlement pour endiguer la montée en puissance des voitures. La cylindré des prototypes était plafonnée à 2.5 l. La consommation allait également être réduite en limitant la contenance des réservoirs à 130 l et on espaçant les ravitaillements de minimum 34 tours. Obligeant donc Les moteurs à une consommation de maximum 28 l/100km. La type C ayant été produite à plus de 50 exemplaires, elle pouvait courir dans la catégorie Sport avec son moteur de 3,4 l, ce qui allait donner à Jaguar un bel avantage sur ses concurrents. Les Ferrari allaient devoir rester dans la catégories prototypes avec un moteur plafonné à 2,5 l. Moteur qui était celui de leu F1 et qui développait près de 225 ch. Talbot-Lago sport avait également un moteur de 2,5 l, celui de la Maserati 250 de formule 1 de 230 ch. Aston Martin, dont la DB3S avait également été produite à plus de 50 exemplaires, avait un moteur 3 l de 210 ch et pour augmenter leur chances, ils engagèrent également une DBR1 en catégorie prototype équipée d’un 6 cylindre de 2,5l de 210 ch.

Trois Jaguar Type-D furent engagées par l’usine pour cette édition de 1956. Deux autres voitures prirent également le départ. Une sous les couleurs de l’Ecurie Ecosse et l’autre par l’Ecurie Francorchamps. La carrosserie des Jaguar avait peu évolué depuis l’édition 1955. Néanmoins pour répondre aux exigences de l’ACO, un siège et une porte fictive avaient été placé du côté passagère et le pare-brise enveloppait maintenant toute la largeur de la voiture.

Les voitures étaient les suivantes :

XKD605, plaque 393RW, num 1 pilotée par Mike Hawthorn et Ivor Bueb – XKD606, plaque 032RW, num 2 pilotée par Paul Frère et Desmond Titerringon, qui sera accidentée aux essais – XKD603, plaque 774RW, num 2 pilotée par Paul Frère et Desmond Titerringon – XKD602, plaque 351RW, num 3 pilotée par Jack Fairman et Ken Wharton – XKD501, plaque MWS301, num 4 piloté par Ron Flokhart et Ninian Sanderson pour l’Ecurie Ecosse – XKD573, plaque NKV479, num 5 piloté par Jacques Swaters et Freddy Rousselles pour l’Ecurie belge.

La course débuta difficilement pour les Jaguar. Au deuxième tour, Paul Frère au volant de la num 2 perdit le contrôle de la voiture et tapa fortement l’arrière de cette dernière. La Jaguar num 3, surprise par la présence de la voiture de Paul Frère, fit un brusque écart et toucha les barrières de sécurité, endommageant la voiture, suite à quoi il est percuté par la Ferrari Num 11 de Portago. Après une heure de course, il ne reste plus qu’une seule Jaguar officielle, celle de Hawthorn. Mais celle ci eut des problème d’injection et perdi des précieuse places, descendant tours après tours dans le classement, laissant la DB3S pilotée pr Stirling Moss se disputer la première place provisoire avec la Jaguar Type-D de l’écurie Ecosse pilotée par Flockhart. Pendant toute la nuit les deux voitures interchangèrent leure position en fonction des ravitaillements et des changements de pilotes. Un écard de moins d’une minutes séparaient les deux bolides, laissant la concurence à plusieurs tours. Le nouveau revettement du circuit et la pluie eurent raison de beaucoup de concurents et au petit matin les Ferrari et Porsche rescapées étaient largement distancées. La Jaguar de couleur jaune portant le num 5 de l’Ecurie Francorchamps, pilotée par Jacques Swaters, continuait sa remontée pour atteindre la 3ème place à quelques heures de l’arrivée. Après le double tour d’horloge, la Jaguar XKD501, plaque MWS301, num 4 piloté par Ron Flokhart et Ninian Sanderson pour l’Ecurie Ecosse, remporta la 4ème victoire pour Jaguar. Moss sur la DB3S termina 2ème, suivit par la Ferrari de Gendebien qui dépassa lors de la dernière heure de course la Jaguar belge de Swaters.

La Jaguar victorieuse en 1956 pilotée par par Ron Flokhart et Ninian Sanderson pour l’Ecurie Ecosse. Crédit : inconnue

Auréolé de ce 4ème succés, Jaguar décida de se retirer de la course à la fin de la saison 1956. L’objectif de William Lyons était atteint, la marque de Coventry était maintenant reconnue de part le monde pour sa vitesse et sa fiabilité.

A la fin de la saison, l’Ecurie Ecosse achetta 3 Type-D « Long nose »pour la saison 57. qu’ils présentèrent au départ des 24 h du Mans.

XKD601, num 4 piloté par Masten Gregory et Duncan Hamilton – XKD603, num 15, plaque 341SG, piloté par Jock Lawrence et Ninian Sanderson – XKD606, num 3, plaque 376SG, piloté par Ivor Buel et Ron Flokhart

A noté qu’une des Jaguar de l’Ecurie Ecosse est équipée d’un moteur 3,8l de 300 ch à injection. Les autres voitures sont en 3,4l avec 3 carburateurs Weber.

L’écurie belge engagea une quatrième type D pour Paul Frère et Freddy Rousselle, le chassis XKD573, plaque NKV479, portant le num 16. Une Cinquième Type D fut présente également au départ engagée par une équipe française « Los Amigos » : le chassis XKD513, num 17 pilotée par Jean Lucas et Mary.

Une fois le drapeau francais baissé, la Ferrari 335S de Mike Hawthorn prend la tête de la course, suivie par la Maserati 450S conduite par Jean Behra. Les Jaguar suivent les italienes. Mais dès la 3ème heure de course les Jaguar imposèrent leur rythme et dominèrent la course. La num 3 de Ivor Buel et Ron Flokhart resta en tête pendant 19 heures de course terminant avec 8 tours d’avance sur la deuxième Jaguar, la n°15 de Sanderson et Lawrence, suivie elle même par la Jaguar de l’équipe francaise et de la Jaguar de l’écurie belge. La Ferrari 315S de Martino Severi et Stuart Lewis-Evans est la première voiture classée non Jaguar et termine à 27 tours du leader.

La victoire est total sur ce circuit du Mans pour lequel la Type D avait été conçue.

En 1958, l’ACO édita un nouveau règlement qui limita la puissance à 3 l. et malgré les efforts d’adaptation de l’Ecurie Ecosse, les heures de gloire de la Type-D étant aient derriere elle.

Jaguar Type-D victorieuse en 1957 avec Ivor Buel et Ron Flokhart. Crédit : inconnue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :