Morgan +4 SLR 1962

SLR pour Sprinzel Lawrence Racing. Ces trois lettres sont indissociables de Chris Lawrence, pilote et ingénieur anglais né en 1933 à Londres.

Tout a commencé en 1959 par l’achat d’une Morgan +4 de 1956.

Chris Lawrence désirait une voiture plus maniable que sa TR3 et que ses MG. La Morgan étant équipée du moteur Triumph. il allait pouvoir facilement travailler sur celui ci et en tirer des prestations exceptionnelles.

Ses capacités de pilotes et de metteur au point lui permirent de battre le record de vitesse de la marque sur le circuit de Goodwood et de remporter 19 des 22 courses du « National Championship for Production Sports Cars » en 1958.

Un peu après cela, il créa Lawrencetune, basé à Londres pour d’une part, préparer des moteurs Triumph et d’autre part de créer une monoplace pour le championnat Junior.

En 1960, Peter Morgan impressionné par les prestations de la voiture de Lawrence, commande à Lawrencetune des moteurs pour équiper ses +4 Super Sports.

Le moteur Triumph de base développait 95 cv mais coiffé de deux carburateurs Weber, d’une culasse retravaillée pendant plus de 20 heures de travail, d’un vilebrequin, de bielles, de pistons, d’un volant moteur rééquilibré et un système d’échappement spécial, ce dernier offrait une puissance de 134BHP tout en ne perdant pas de sa fiabilité.

En 1961, Lawrence fait l’acquisition d’une +4 Super Sports et prend le départ des 1000 km du Nürburgring. Malheureusement la voiture ne termina pas l’épreuve mais elle prit le temps de battre le record du tour du circuit.

Il engagea la voiture aux 24h du Mans, mais cette dernière ne sera pas admise à concourir. Selon les officiels, il s’agissait d’une voiture de 1939 repeinte et équipée de freins à disques.

Déçu mais non découragé Lawrence va, accompagné par Shepherd-Barron, à Monza où il terminèrent troisième.

En 1962, Pip Arnold pilota sa Morgan +4 TOK258 à Spa où il termina deuxième, il se rendit ensuite aux 24h du Mans et remporta la victoire dans la catégorie GT2.0.

Mais le victorieux partenariat entre Morgan, Chris Lawrence et Lawrencetune ne s’arrêta pas en si bon chemin. En 1963 TOK258 remporta les courses de Spa, du Nürburgring, de Dijon et de Clermont Ferrand.

En 1964, la commande d’un moteur pour John Sprinzel, préparateur de Rallye, fit naître une autre idée : créer un modèle plus aérodynamique, reprenant le châssis de la +4 qui sera légèrement raccourci et équipé du puissant moteur de Lawrencetune : la +4 SLR est née.

Les deux hommes parvinrent à obtenir un intérêt financier de BP pour la conception de la voiture, aide qui permis de commander un travail aérodynamique conséquent sur une carrosserie GT en aluminium à Williams & Pritchard.

Ces éléments réunis devaient permettront à la voiture d’atteindre les 215 km/h.

4 voitures vont être construites.

En 1964 la Morgan SLR pulvérise le record de la Marque à Goodwood, descendant le temps au tour à 1m39s. Puis elle termina 3ème à Spa derrière deux Porsche 904. Malheureusement Chris Lawrence fut gravement blessé et sera écarté des circuits pour plusieurs mois.

En 1965, les 4 SLR participent à plusieurs courses et remportent de nombreuses victoires.

En mai 1965, sur le circuit de Brands Hatch ce déroula le « Double 500 ». Une course de 500 miles, 800 km. La première course avait lieu le samedi. La participation à la course du dimanche était conditionné par le résultat de la course du samedi. Si la voiture bouclait les 500 miles du samedi elle pourra courir le dimanche. 1600 km de course en un week-end.

Chris Lawrence y engagea la SLR.

Il partit en 7ème ligne le samedi derrière les E Type, des Austin Healey et MGB d’usine. A la fin du premier tour il pointait à la première place. Position qu’il conservera pendant 72 tours. Pendant l’arrêt au stand pour vibration, on constata le bris d’un tube du cadre avant. En vue de terminer la course une réparation de fortune fut réalisée à même le stand à l’aide d’une clé boulonnée dans les deux parties de cadres. Réparation peu orthodoxe mais qui permit de terminer la course et de pouvoir courir le lendemain. La soudure du cadre plus traditionnelle fut réalisée pendant la nuit et la voiture remporta la course du dimanche.

Chris Lawrence au volant de sa SLR à Brands Hatch

En 1966 un accident détruisit la SLR de Chris Lawrence (qui arbora pendant un temps le n° TOK 258) ce qui mit fin à l’aventure de ce modèle particulier.

4 exemplaires seront réalisés. Une sera détruite en 1966. Les trois autres sont encore visibles sur les circuits classiques de nos jours où elles s’expriment fréquemment hormis sur le circuit des 24h du Mans Classic car la voiture n’a jamais participé à cette épreuve.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :