Maserati 300 S Fantuzzi chassis #3054

La voiture décrite dans cet article est le châssis #3054. C’est une Maserati 300S Fantuzzi, short nose, RHD. Un des 28 exemplaires des 300S réalisés entre 1955 et 1958.

Une voiture exceptionnelle qui participa au championnat du Monde des voitures de sport 1955 et 1956. Un temps où une même voiture de compétition participait à des courses si différentes que les 24h du Mans, les Mille à Miglia, la Targa Florio ou les 12h de Sebring.

Maserati existait depuis 1910 et la marque italienne avait connu certains succès en course. Mais c’est avec l’apparition du modèle A6 en 1947 que les victoires devinrent de plus en plus nombreuses au championnat de voitures de sport. Une Maserati A6GCS termina même deuxième à la Targa Florio 53, puis 6ème au Mille Miglia la même année. En 1954 on retrouva deux A6GCS dans les cinq premières places de la course italienne. Mais la firme au trident désirait plus.

De courses en courses le désir de se battre dans la cour des grands, et d’aller tutoyer les podiums trustés dans ces années par Ferrari, Mercedes, Lancia, Jaguar ou Aston Martin grandissait dans les rangs des italiens de Bologne.

Pour entrer dans le top il fallait une voiture plus puissante. Le 4 cylindres 1500cc puis 2000cc de l’A6 commençait à montrer ses limites.

Maserati développa alors un moteur de voiture de sport basé sur son expérience en Formule1: le 6 cylindres de la Maserati 250F.

En retravaillant ce moteur, en augmentant son alésage et en le coiffant de 3 gros carburateurs Weber, les ingénieurs de Maserati parvinrent à tirer 250 Ch du 3l. Au niveau technique, il s’agissait d’un moteur à double arbres à came en tête commandés par pignonnerie, un double allumage et un carter sec.

Au niveau du châssis, Maserati innova. Les ingénieurs de Bologne conçurent une structure complexe multipliant des tubes, de section ronde ou ovale.

La suspensions était constituée à l’avant d’un système à double triangles avec amortisseurs, ressorts à spirale et barre anti-roulis et d’un essieu De Dion à l’arrière. Pour une bonne répartition des masses le réservoir était installé sur le train arrière et le moteur en arrière de l’axe avant.

Le freinage était assuré par de grands freins à tambours à commande hydraulique.

La carrosserie fut confiée à Fantussi, qui réalisa une ligne sublime en aluminium existant en deux versions : nez long et court en fonction des circuits, telle la Jaguar type D.

La voiture décrite dans cet article est le châssis #3054. C’est une Maserati 300S Fantuzzi, short nose, RHD. Un des 28 exemplaires des 300S réalisés entre 1955 et 1958.

#3054 est sortie des usines de Bologne le 4 Mars 1955.

Le 22 Mars elle participa à sa première course à Dakar avec Jean Behra derrière le volant. Grand pilote qui aura l’occasion de conduire la voiture à de multiples reprises.

Moins d’un mois plus tard, la voiture participa au Giro di Sicilia pilotée par Luigi Musso, elle terminera 3ème de la course.

Le 30 avril 1955, #3054 porte le num 727 au départ des Mille Miglia. Cesare Perdisa, son pilote, se débrouilla à merveille et après 6h de course, la voiture est pointée à la 7ème place du classement général. Malheureusement il dut se retirer de la course l’heure suivante.

En mai, la voiture terminera deuxième du GP de Bari pilotée par Luigi Musso.

C’est ce même pilote, accompagnée de Jean Behra, qui donnera sa première victoire à #3054 au 1000KM de Monza le 29 mai 1955, portant le num 68.

Voici une photo de la grille de départ de cette course principalement composée de Maserati et de Ferrari. La firme au trident était représentée par dix A6GCS et trois 300S. Ferrari aligna 21 voitures, de nombreuses 750 Monza, mais également des 500 Mondial et des 212 Inter. Une Porsche et une Mercedes complétaient la grille.

Au mois de juin, nous retrouvons deux Maserati 300 au départ des 24h du Mans. #3054, le num 15, est pilotée par Pardisia et Roberto Miéres. Le début de course est prometteur et la bagarre dans la catégorie S3.0 avec les Ferrari 750 Monza et les Aston Martin DB3S est intense.

Malheureusement la voiture connu un problème de boite de vitesses et du abandonner après 23 tours.

Mais moins de 15 jours plus tard, la voiture se retrouva sur la grille de départ du GP du Portugal, où Jean Behra remporta une nouvelle victoire.

Puis la traversée de l’Europe continua pour le châssis Maserati #3054 sera au départ du GP de Suède le 7 août où Jean Behra la mènera à la quatrième place.

La cinquième manche du championnat du monde se déroula en Irlande du Nord. Le Tourist Trophy de Dundrod fut disputé le 18 septembre 1955. La course fut disputée avec les Mercedes 300 SLR de Fangio et de Moss. Jean Behra au volant de #3054 portant le num14, débuta très bien la course mais la voiture fut prise dans un accident au 63ème tour et la Maserati accidentée dut abandonner.

Une fois réparée, la voiture fut complètement révisée et préparée pour la Targa Florio où elle fut pilotée par Luigi Musso et Luigi Villoresi. Malheureusement la voiture connut un soucis de pont arrière et dut abandonner.

En Novembre la voiture traversa l’Atlantique et participa au GP de Venezuela, pilotée par Juan Manuel Fangio. On la voit ici sur la deuxième place de la grille de départ, entourée par la Ferrari 750 Monza num 10 du pilote portugais, Alfonso de Portago et la Maserati 300S de Luigi Musso.

La voiture remporta le GP clôturant ainsi une première année de course bien remplie.

Le championnat du monde 1956 débuta par le GP d’Argentine, où #3054 fut pilotée par Stirling Moss qui la conduisit jusqu’à la victoire devant la Ferrari 857S de Gendebien et Phill Hill.

Lors de la course suivante, Sebring, la voiture sera pilotée par Piero Taruffi et Jean Behra. #3054 remporta sa catégorie et termina à la cinquième place du classement général. Laissant la victoire et les précieux points aux championnat à la puissante Ferrari 860 Monza et son moteur 5 l. pilotée par Fangio.

La voiture revint ensuite en Europe et participa à la troisième épreuve du championnat du monde des voitures de sport : les Mille Miglia. Elle sera pilotée, comme en 1955, par Cesare Perdisa et termina cinquième de sa catégorie et 28ème du classement général portant le num 547.

Maserati sera présent aux 1000km du Nurburgring ainsi qu’aux 1000km de Kristenstadt de Suède mais le châssis #3054 n’y sera pas aligné. Une 300 pilotée par Taruffi remporta la course allemande laissant la victoire à la Ferrari de Hill en Suède.

Malgré tout ces efforts le championnat du Monde échappa à Maserati. Le constructeur au trident termina deuxième du championnat derrière Ferrari.

Pour clôturer la saison, la voiture sera au départ des 1000km de Buenos Aires. Portant le num27 et pilotée par Jean Behra, Stirling Moss et Carlos Menditeguy. Elle terminera première de sa catégorie et deuxième du classement général.

Pour la saison 1957, la 300 n’étant plus la voiture officiel de Maserati, le chassis #3054 sera vendu à l’Escuderia Sorocaima de Miami.

Elle participera au GP du Venezuela pilotée par Ettore Chimeri où elle termina à la 6ème place.

An 1961 elle participa à deux courses pilotée par Guido Lollobrigida, Les 56 tours de Nassau et les 3h de Daytona. La voiture est alors équipée de son nouveau moteur le #3081, le précédent ayant explosé lors de la dernière course.

La voiture va alors connaitre plusieurs propriétaires pour être enfin complètement restaurée en 2000 par Martin Stretton en Angleterre.

C’est une voiture magnifique avec un pedigree rare, la voici aujourd’hui :

Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur – Reproduction prohibited without permission of the author

@waltheradriaensen – pistonsandwheels

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :