Type D XKF9 ex Jim Clark

Jim Clark est et restera un des plus grands pilotes que la course automobile ait connu. Son début de carrière fut, comme pour beaucoup, teinté de hasards et de rencontres.

Nous sommes en 1956 et Jim, âgé alors de 20 ans, fou de mécanique, rencontre Ian Scott Watson, un passionné de vitesse qui possède une D.K.W.

Un matin de Juin, Clark se retrouva derrière le volant de cette voiture sur le circuit de Crimond. Il termina la course dernier mais Watson reconnut la graine de champion.

En 1957, Watson créa le Border Motor Racing Club et Jim Clark pilota sa première voiture de plus de 100 cv, une Porsche 1600 Super, mais pour le futur double champion du monde, la rencontre majeur allait avoir lieu début 1958.

Le team écossais Border Reivers (sujet d’un prochain article) qui avait engagé Jimmy Somervail comme pilote lui demanda de piloter leur Jaguar Type D blanche pour quelques courses, pour lesquelles Jimmy n’était pas disponible.

Selon ses propres mots, l’expérience acquise par Jim Clark derrière le volant de la Type D fut inestimable.

Notons également que c’est grâce au team écossais Border Reivers que Jim Clark aura sa première expérience en monoplace, sur une Lotus formule II. C’est lors d’un essais de cette voiture à Brands Hatch, qu’il rencontrera Colin Chapman, l’homme qui allait construire sa carrière.

Les Border Reivers avait acheté la voiture via une annonce dans « Autosport ». Elle avait été préparée par les frères Murkett pour Archie Scott Brown et Henry Taylor.

Châssis : XKD517 – Moteur : E2026-9, livrée à Henlys à Manchester en couleur vert pastel en 1956, pare brise large couvrant les deux place comme le demande le règlement de la MCI.

La première course de TKF9 dans les mains de Jim Clark se déroula sur l’aéroport de Full Sutton. Un circuit de 5120 m, ce qui faisait de lui le circuit le plus long d’Angleterre. Il trouva la voiture incroyablement rapide et le moteur extraordinaire.

Pour l’anecdote ce ne fut pas exactement lors du départ de Full Sutton que Clark roula pour la première fois dans la Type D mais quelques heures plus tôt. Le moteur du camion de transport lâcha la veille de la course et c’est bien par la route que le champion rallia York au volant de la Jaguar, parcourant ainsi plus de 150 miles dont une partie de nuit, Contretemps qui lui permis une conséquente prise en main. Le lendemain Jim Clarck remporta les deux courses de Full Sutton et bâti le record de la piste pour une voiture de Sport, dépassant les 160km/h de moyenne.

Suite à cela les Border Reivers inscrivirent la Type D à Spa. (NB : en 1957 TKF9 avait roulé à Spa, pilotée par Henry Taylor et avait terminé 3ème) Jim Clark allait faire le grand saut et prendre le départ aux côtés de certains des plus grands noms de l’époque. Carrol Shelby et son Aston Martin DBR2, Olivier Gendebien et sa Ferrari Testa Rossa, Master Gregory et sa Lister Jaguar, Lucien Bianchi et sa Ferrari ou encore Paul Frère et son Aston Martin DBR2.

Comme mise en bouche et en vue de prendre un peu d’expérience sur les 14km que faisait le toboggan spadois à l’époque, Clark couru dans une course annexe le matin au volant de la Porsche Carrera. il termina 5ème de celle-ci.

A 16h était donné le départ de l’épreuve principale. La Type D se comporta valeureusement contre les puissantes Lister et autre Aston Martin et termina 8ème.

Cette course marquera à tout jamais le futur champion comme son premier contact avec le milieu de la compétition internationale et par la mort tragique de Archie Scott Brown dans le virage du Club House. Il avoua plus tard qu’il couru tout le long de la course avec une peur au ventre incroyable sans jamais oser pousser la Type D. Jamais il n’apprécia le circuit de Francorchamps.

De retour sur ses terres, TKF9, toujours pilotée par Clark, disputera deux courses à Full Sutton, trois autres à Chaperhall, une à Crimond et une dernière à Brands Hatch.

Jim Clark couru 20 courses au volant de TKF9 et en remporta 12. La dernière course de l’année sur le surcuit de Chaperhall fut pour lui la plus importante. Car l’ecurie Ecosse avait engagé Ron Flockhart sur la Type D victorieuse au Mans et Ines Ireland sur la Toreiro-Jaguar. Cette course allait se révéler un test grandeur nature pour le futur champion écossais. La Type D de l’Ecurie Ecosse partait avec un avantage certain car la voiture était équipée des derniers pneus Dunlop R.5 alors que TKF9 avait la version R.3. De plus la voiture de Flockhart semble être équipée du moteur de 3.8 l alors que celle de Jim Clark de celui de 3.4 l.

Selon le témoignage du champion écossais, cette course lui permis de pousser la voiture à la limite de son potentiel. Exploit qu’il n’avait pas osé réalisé sur le circuit de Spa Francorchamps quelques mois plus tôt. Finalement après une course serrée, TKF9 termina deuxième derrière la Type D de L’Ecurie Ecosse mais prouva au futur pilote de F1 qu’il pouvait se battre avec de grands champions.

La voiture fut en suite vendue à Alan Ensoll et fut remplacée dans l’ecurie par l’ex-Bruce Halford Lister Jaguar en 1959.

Alan Ensoll pilotera la voiture dans de nombreuses courses de côte, notamment Barbon, Catterick et Castle Howard. Il la fera transformée en XKSS verte.

En 1960, la voiture sera une des stars du film « The Green Helmet » de Michael Forlong.

Un fan irlandais du nom de Bob Duncan, ayant découvert la voiture dans le film la fit venir en Irlande et la pilota dans les épreuves de courses de côte de Craigantlet et Kirkistown.

Ensuite, de retour en Angleterre, elle va rejoindre la collection de Corser pour 14 ans. la voiture est repeinte en vert foncé et est entièrement vérifiée par Jaguar.

En 1978 elle fut acheté par le collectionneur américain…. mais qui décida de ne pas la conserver. C’est alors que Willie Tuckett en devient le propriétaire.

La voiture sera accidentée dans les années 80 et entièrement reconstruire par Martin Morris dans sa spécification Border Reivers.

Bibliographie : Jaguar Scapbook – Philip Porter, Jim Clarck par Jim Clarck – Marabout Flash – Motorsport magazine

La voiture aujourd’hui :

Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur – Reproduction prohibited without permission of the author

@waltheradriaensen pistonsandwheels

%d blogueurs aiment cette page :