Porsche 917 châssis #001 : la renaissance

C’est le 10 Mars 1969 que la Porsche 917 châssis 001 fut achevée, quelques jours seulement avant la présentation officiel du modèle au salon de Genève. Un mois seulement avant la présentation des 25 exemplaires de la 917 à la CSI (Commission Sportive Internationale) en avril en vue d’obtenir son homologation. C’est le changement dans la réglementation de cette cette commission qui est à l’origine du projet 917.

En 1968, le CSI met fin à la catégorie des sports-prototypes Groupe 6 de plus de 3 litres. Seuls les prototypes de moins de 3 l de cylindrées et les voitures de sport du Groupe 4 avec une cylindrée de maximum 5l, produites à un minimum de 50 exemplaires, étaient éligibles pour le championnat du monde. Les Fonds GT40, qui étaient produites à bien plus que 50 exemplaires, allaient encore une fois être les reines du circuit de la Sarthe. En 1969, coup de théâtre, la CSI réduit la quantité minimale de production de 50 à 25 exemplaires, persuadée qu’aucun constructeur ne sera assez fou pour construire 25 prototypes. Une rumeur se répandit très vite, Maranello avait lancé la fabrication d’un nouveau prototype en vue de reconquérir la victoire au Mans (512). Porsche se devait de réagir, cela restait un investissement conséquent mais la firme allemande se lança dans ce challenge un peu fou : concevoir un nouveau modèle en 10 mois et en produire 25 exemplaires pour enfin coiffer sa première couronne au 24h du Mans. Circuit où la marque avait brillé à de nombreuses reprises par des victoires en catégories mais n’ayant jamais remporté la course.

Au vue du temps restant pour créer la voiture, bon nombre des techniques utilisées auront déjà fait leurs preuves sur le modèle précédent : la 908. Conçue par Ferdinand Piëch, Helmuth Bott et Hans Metzger la 917 aura, comme la 908, un châssis tubulaire en aluminium. Celui de la 917 fera 47 kg. Le moteur, qui fut imaginé par Hans Mezger, directeur du bureau d’étude du département sport, sera un flat 12 en magnesium (bloc et culasse) développant 530 ch. La carrosserie, sera en polyester et fibre de verre collées, elle aura ,en version queue longue, un poids total de 107 kg. Ce qui, une fois terminée et moteur montée, fera de la 917 un monstre de plus de 530 ch et de moins de 800 kilos.

Image d’époque de la présentation des 25 Porsche 917 dans la « week 1 » de l’usine de Zuffenhausen attendant l’inspection par Dean Delamont et Herbert Schmidt de la CS1. 001 est à l’avant plan. Notons que la deuxième et la troisième voiture portaient des num, elles avaient déjà roulé lors des test du Mans qq jours plus tôt. La légende veut que certaines voitures étaient encore équipée d’essieu de camion, mais rien n’est prouvé à ce sujet.

La 917 deviendra en 1970 et 1971 la meilleur voiture du monde et reste encore aujourd’hui, pour beaucoup, la plus belle voiture de sport de tout les temps. Elle existera avec différent type de carrosseries : LH pour longue queue, K pour la version courte et une version spider. Ces différentes versions permettront à la voiture d’être performante sur tout les types de tracés du championnat du monde, des tracés aussi différents que Le Mans, Spa, Sebring ou le Nürburgring. Mais le palmarès de la Porsche 917 n’est pas le propos de cet article.

Revenons au sujet de ces lignes : le chassis #001. Ce dernier n’a participé à aucune course, il servit pour de nombreux essais et principalement de voiture de présentation lors des différents salons de promotion.

Historiquement #001 était un chassis LH (queue longue) blanche avec l’avant peinte en vert orné d’un logo 917 noir. Pour des besoin de promotion, en 1969 elle fut repeinte en blanc et orange puis aux couleurs Gulf, orange et bleue, au moment où les 917 seront représentées en course par John Wyer Automotive Engineering.

En 1971, suite à la victoire d’une Porsche 917 en version K au 24h du Mans, pilotée par Hans Hermann et Richard Attwood, l’arrière de la voiture fut modifié pour adopter la carrosserie « K ». La carrosserie sera adaptée et repeinte aux couleurs de la voiture victorieuse en vue de représenter cette dernière à travers le monde, pour ensuite être exposée au Musée Porsche dans cette configuration. Rappelons que cette victoire fut la première d’une longue série sur le circuit de la Sarthe et qu’elle restera à jamais hautement symbolique pour la firme de Stuttgart. C’est sous ces couleurs que #001 dormît jusque en 2018.

Pour fêter les 50 ans de la création de ce modèle mythique, le Musée Porsche décida fin 2017, de remettre le chassis #001 dans son état d’origine, dans la livrée où elle était lors de la présentation de 1969 dans la cour de l’usine. (Cfr photo d’époque ci dessus)

Quand, en 2018, les travaux de remise en état du châssis débutèrent, Porsche Museum commença par démonter intégralement la voiture. Ils purent alors constater que le chassis fut bien le #001 sur 2 éléments spécifique à ce chassis : l’absence de renfort diagonal devant les pédales et sur la partie droite de la voiture un renfoncement pour le système d’échappement. Renfoncement qui avait été fermé par la suite pour correspondre à la carrosserie K.

Après avoir contrôlé les modifications du chassis et vérifier la faisabilité de remettre ce dernier dans sa configuration initiale, les techniciens commencèrent les travaux de reconstruction, en utilisant, quand c’était possible, les pièces d’origine de la voiture et en se basant sur les documents d’époque reconstruire le projet initial. Le toit d’origine, le pare-brise, le bâtis des portes et les deux réservoirs de la 001 ont été retrouvé. Pour le reste l’utilisation de la technologie 3D fut largement utilisée, notamment pour créer, à partir des dessins, les moules négatifs indispensable à la réalisation de la carrosserie avec une précision médicale. Il fallu plus d’un an de travail pour enfin pouvoir fixer la nouvelle partie avant au chassis. Puis les ingénieurs travaillèrent sur la récréation du chassis arrière en version LH comme il l’était à son origine. La modification en queue courte (K) avait impliqué un raccourcissement de cette partie de la voiture.

Pour la première fois depuis 50 ans Porsche allait devoir recréer un cadre arrière et faire réaliser une queue longue en laminé polyester avec fibres de verres. La fabrication des volets mobiles fût, elle aussi, particulièrement délicate. Proche des techniques aéronautiques de l’époque, les matériaux et les spécificités de ces derniers donnèrent bien du fil à retordre aux ingénieurs de Porsche Museum.

Après 10 mois de travail le moteur put enfin être remonté dans le châssis et la voiture était prête à redémarrer. Il n’était pas question de remonter #001 dans sa configuration initiale pour uniquement l’exposée au Musée, la direction de Porsche désirait voir la voiture évoluer sur les circuits et pour parfaire le résultat, Porsche fit couler de nouvelles roues en magnésium en tout point identique aux jantes de 1969.

La voiture fut présentée à Stuttgart en janvier 2019.

La voici en piste au Goodwood Member’s Meeting de 2019 et dans le Musée Porsche de Stuttgart entouré d’autres 917 dans le cadre de l’exposition « 917 50ans »

Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur – Reproduction prohibited without permission of the author

@waltadriaensen pistonsandwheels.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :