Jaguar Type E Lightweight

Parler des Type E lightweight est aussi complexe que de parler d’art contemporain. Quand la période débute t-elle, qu’est que l’art, qu’a voulu exprimer l’artiste etc.

En ce qui la Type E, la grande question est : qu’est ce qu’une lightweight ? Tout le monde s’accorde sur un point : 12 lightweights sont sorti des usines. C’est un bon début. Malgré que l’usine Jaguar ne comptait plus s’impliquer directement dans une écurie de course suite aux victoires des types C et D, elle désirait néanmoins proposer une arme affûtée aux écuries privées.

Donc à part les 12 lightweight, il y eu des semi-lightweight… ensuite des semi-lightweight converties en lightweight, puis encore des heavyweight convertie en lightweight à l’epoque et finalement les Type E Gt transformées actuellement en semi lightweigh.

De plus, à part pour les 12 châssis lightweight d’origine, les spécifications moteurs de certaines voitures ne semblent pas toujours coïncider en fonctions des sources et des documents.

Pour résumer la lightweight est intégralement en aluminium, ceci incluant la monocoque. La semi-lightweight a une monocoque en acier et taule et les autres parties de la carrosserie sont en aluminium (capots, coffres, portes, hard top). Les transformations mécaniques de ces dernières sont à la carte et diffèrent d’un châssis à l’autre.

Les 12 lightweight furent construites par Jaguar Compétition pour se battre contre les ferrari 250 GTO et les Aston Martin DB4 GT Zagato. Ces voitures sont des roadster qui, grâce à la carrosserie en panneaux d’aluminium et à la suppression de chromes et autres accessoires, vont être 115 kilo plus légeres qu’une type E classique. (Heavyweight)

Leur bloc moteur, issus du 3.8l, était également en aluminium. Notons que ce dernier se révéla trop fragile et causa de nombreux abandons, il sera remplacé par un bloc en fonte développant 300 ch. (contre 265 ch pour la Type-E de base). Ce moteur a une culasse de type «grand angle» comme celui de la type D. Trois carburateurs Weber 45DCO3 et une boite de vitesse course à 4 rapports complètent le tableau. A noter qu’en fin de carrière certaines Type-E lightweight optèrent pour une boite de vitesses ZF à 5 rapports.

Les lightweight intégraient la suspension arrière de la MK X améliorée, des jantes Dunlop en alliage spécial, une crémaillère basse et évidement des freins à disque de dernière génération.

De ces 12 voitures, 2 seront transformées en Low-drag.

NB: Il existe actuellement une 3ème Low-Drag, immatriculée CUT7 mais elle a été créée sur une base de jaguar heavy-weight. Ce travail a été effectué à l’usine ce qui donne à cette voiture une spécificité toute particulière.

A ce jour j’ai pu croiser 3 Type E lightweight d’origine. Voici leur historiques et quelques photos de ces voitures à l’époque et aujourd’hui.


YVH210 #S850666 ex Peter Sutcliffe

Cette Type E lightweight est considérée comme la Type E la plus titrée encore existante.

#S850666 est la neuvième Type E lightweight construite par Jaguar Compétition. Le pilote anglais Peter Sutcliffe l’acheta en 1963 et disputa la course de Mallory Park « Whit-Monday », où il fini 5ème dans la Grovewood Trophy.

Il pilota YVH210 à Snetterton, au British Grand Prix de Silverstone et à Goodwood où il termina à une 2ème place derrière Jackie Stewart. Il couru également les 3 heures de Snetterton où il termina également 5ème derrière deux Ferrari 250 GTO et la low-drag pilotée par Dick Protheroe.

En 1964, YVH210 participa a des courses plus internationales. Elle termina 2ème au 500 km de Spa derrière la Cobra de Bob Bonduran et remporta le Prix de Paris disputé sur le circuit de Montlhery. Elle disputa également les 1000 Km du Nurburgring, les 12 h de Reims et Zolder où il battu les GTO.

Pour terminer la saison 1964, la voiture participa également au RAC Tourist Trophy de Goodwood, à Brands Hatch et au Autosport 3 Hours de Snetterton.

Pour la saison hivernale la voiture fut envoyée dans l’hémisphère sud, où elle couru les 9 Hours de Kyalami. (3eme du général et 1er de leur cathégorie). La voiture, toujours pilotée par Peter Sutcliffe, couru à Bulawayo en Rhodesia où elle termina 2ème pour enfin revenir à Kyalami pour disputer le Rand Grand Prix meeting où elle termina 2ème également.

Pour la saison 1965, de retour en Angleterre, YVH210 fut vendu à Charkes Bridges du Red Ros Racing Team, qui avait déjà acquit la Lightweight ex-John Coombs (4WPD – #S850006).

Sur le sol anglais la voiture participa à 9 courses nationales, elle en gagna une et termina 2ème à deux reprises.

En 1967 la voiture fut vendue à Bob Vincent avec qui elle participa à de nombreuses courses de côtes à Castle Howard, Woburn, Prescott où la voiture gagna fréquemment.

la voiture aujourd’hui :


5114WK #S850664 Bright S Cunningham

En 1962 Cunningham acheta 3 Type E lightweight à l’usine, elles seront immatriculées 5114WK 5115WK et 5116WK.

La première Cunningham lightweight, #S850659, 5115WK, était la deuxième lightweight produite par Jaguar Compétition. Elle sera pilotée par Cunninghan et Grossman au 24h du Mans 1963 portant le n°15 et terminera 9éme au général.

La Second Cunningham lightweight, #S850664, immatriculée 5114WK est celle qui est sur ces photos. C’est la septième lightweight produite.

En 1963 au 24h du Mans elle sera pilotée par Hansgen et Pabst portant le n°14, elle abandonnera à la première heure (boîte de vitesses). La voiture sera ensuite placée au musée Costa Mesa et sera revendue à Anthony Bamford en 1973.

La troisième Cunningham Lightweight, #S850665, immatriculée 5116WK, est la huitième lightweight produite. Pilotée par Salvadori Richards n°16, elle sera gravement accidentée à la sixième heure de course et servira de réserve de pièces pour les deux autres voitures,

12h de Sebring 1963, Bruce McLaren- Walt Hansgen num 20 – 8ème

credit : Ed Watts

24h du Mans 1963, num 14 Augie Pas – Walt Hansgen (essais : 13eme 4:06:900 – abandon boite de vitesses)

la voiture aujourd’hui :


49FXN. #S850663 une des deux Low Drag Lightweight

Livrée en mai 1963 à Peter Lumsden qui l’inscrivit aux 1000 km du Nürburgring. Malheureusement la voiture est accidentée et retournera à l’usine pour remplacer le châssis monocoque. Elle participera encore au TT à Goodwood où Peter Lumsden terminera 9eme.

Une fois la saison 63 terminée, Lumsden, Sargent et Sami Klat, ingénieur en aérodynamique, commencèrent à refléchir aux améliorations posibles de la voiture. Tout l’arrère de cette dernière sera redessinée et après de nombreux tests la voiture sera recarosserée en « Low Drag ». D’autres éléments seront également modifiés sur la voiture au niveau du moteur, de la distribution et pour finir on y installa une boîte ZF à 5 rapports.

Étude aérodynamique Low-drag sur la M1

Le Sussex Trophy de Goodwood sera la première course où l’on put voir 49FXN modifiée. La voiture termina a une encourageante 7ème place. Mais ce sera surtout pendant les journées de test pour les 24h du Mans que la voiture dévoilera tout son potentiel en terminant second de sa classe et 6ème du classement général.

La voiture participera à nouveau aux 1000 km du Nürburgring et au 24h du Mans, pilotée par la paire Lumsden\Sargent. Malheureusement elles ne terminera aucune de ces deux courses. En 1964, la voiture roulera encore à Brands Hatch où elle terminera 2ème et au Goodwood TT qu’elle achèvera à la 4ème place.

En 1965, Lumsden terminera 4ème à Goodwood puis vendra la voiture à John Scott Davies.

la voiture aujourd’hui :


NB : La seconde Low drag lightweight, 4868WK, est celle des pilotes allemands Peter Knocker et Peter Lindner. Cette carrosserie légèrement différente de celle de Sami Klat, fut l’oeuvre de Malcolm Sayer. Ce fut sans doute la type E la plus rapide avec un moteur développant 344 cv. Malheureusement un tragique accident a Montlhery en 1964, tua Peter Lindner et détruisit la voiture. Il fallu 7000 heures de travail à Classic Motor Cars la pour reconstruire la voiture à la demande de Jaguar en 2014.


Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur – Reproduction prohibited without permission of the author

@waltheradriaensen pistonsandwheels

Un avis sur « Jaguar Type E Lightweight »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :