Aston Martin DP212,DP214 et DP215

Le Mans toujours Le Mans… en 1959 Aston Martin avait réussi à décrocher le Graal grâce à sa DBR1 pilotée par Carol Shelby et Roy Salvadori. En 1960 Ferrari contre attaqua et signa une éclatante victoire sur sa TR60 pilotée par Paul Frère et Olivier Gendebien. Aston Martin s’était retiré de la compétition pour se concentrer sur le lancement de son nouveau modèle la DB4 GT.

En 1961, sous la pression des différents importateurs qui avaient vu les ventes exploser après la victoire de 1959, John Wyer le responsable du service course d’Aston Martin se pencha sur un nouveau projet répondant au nom de DP212. Le chassis sera celui des DB4 Zagato, la suspension arrière celle de la DB3S et la suspension avant sera indépendante avec des ressorts télescopiques, l’arrière un pont Dion. Cette voiture dotée d’une carrosserie en aluminium allait rendre 80 kilos à la DB4, de plus, son moteur sera le six cylindres du modèle DB4 Zagato mais réalésé à 3886 cc alimenté par trois carburateurs Weber 50 DCO développait 327 ch. à 6000 tr/min. Trois ans après leur première victoire au Mans, tout les espoirs étaient donc permis pour l’édition des 24h du Mans de 1962. Le volant de la DP212 allait être confié à deux grands pilotes : Graham Hill et Richie Ginther.

Les premières heures de course se déroulèrent à merveille et l’Aston Martin menait la danse devant les Ferrari mais malheureusement le moteur de l’anglaise lâcha dans le 69eme tour, laissant la victoire à la Ferrari 330 de Phil Hill.

Aston Martib DP212 Le Mans 1962

Aston Martin décida alors d’améliorer les performances aérodynamique de DP212. Les résultats suite au passage dans la soufflerie de la Motor Industry Ressearch Association, modifia l’arrière de la voiture, ce qui fit apparaitre un arrière de type « Kamm tail ». Le dessin de la ligne arrière de la voiture descend dans un premier temps pour remonter brusquement. Cette ligne qui fera les belles heures des DB6.

David Brown décida de préparer 3 voitures pour la saison 1963 qu’il nomma DP214 et DP215, le chiffre 13 étant Le plus souvent bannit des courses automobiles.

Les trois voitures innovaient au niveau du chassis. Il était composé d’un assemblage de tubes de section carrée avec deux cloisons pare-feu en métal lèger au milieu. Les moteurs étaient toujours celui de la DB4, un six cylindres mais poussé à 327 ch. Son positionnement est plus bas et plus en arrière de 22cm que sur la DP212 donnant une meilleure répartition des masses. Dans un premier temps la DP215 devait recevoir un moteur V8 de 5l conçu par Tadek Malek mais ce dernier n’étant pas prêt à temps, elle recevra le même moteur que les DP214. La suspension arrière était indépendante et s’appuyait sur une double triangulation, la boite pont provenait de la DBR1. Pour terminer, le poids de la voiture était encore légèrement plus bas que DP212. Il était quasi impossible de différencier une 214 d’une 215 mais la 215 était inscrite en catégorie prototype, ce qui laissait d’avantage de liberté aux ingénieurs et permettait un moteur de 3995 cc.

Pour les 24h du Mans 1963, l’Aston Martin DP 214 châssis 194, sera pilotée par Kimberly et Schlesser avec le num 7. Pour le châssis 195 portant le num 8 on trouvera Bruce Mc Laren et Innes Ireland, ce sera Phil Hill et Lucien Bianchi qui piloteront DP215 portant le num 18.

La DP215 devait jouer le lièvre, forçant les Ferrari à la suivre en espérant des casses moteurs pour ces dernières. Malheureusement, ce furent les Aston Martin qui connurent des soucis mécaniques en premier. La DP215 dut abandonner la course sur casse de transmission, cette dernière n’ayant pas résisté à la puissance du moteur. Elle resta néanmoins dans les tablettes en étant la première voiture ayant dépassé la barre des 300km dans la ligne droite des Hunaudieres. Un peu plus tard, c’est le moteur de la DP214 de McLaren et Ireland qui explose en pleine accélération. Le moteur du châssis 194 n’allait pas tenir plus longtemps. La voiture, en tête de sa catégorie, dut abandonner avant la mi course sur bris de piston. Le manque de temps et de préparation n’avaient pas permit de placer des pistons forgés à la place des standards. La désillusion fut immense dans le box Aston Martin.

Le Mans 1963 avant course.

La DP214 participa encore au Guard’s Trophy de Brands Hatch (Innes Ireland), à la Coupe Inter-Europa de Monza et à Montlhéry où elle remporta la victoire pilotée par Le Guezec et Jo Schlesser. Le châssis 194 DP214 fut engagé par un team privé au 24 heures du Mans en 1964 piloté par Peter Sutcliffe et Mike Salmon portant le num 18 mais la voiture sera disqualifiée pour un ravitaillement non autorisé.

Le chassis 0195 sera fortement accidenté au 1000KM du Nurburgring de 1964 lors d’un grave accident tuant son pilote ( Hetreed ). Il ne reste donc aujourd’hui plus que le 0194 pour représenter la DP214.

En 1963 David Brown décida de fermer le département course et John Wyer rejoint le programme GT40 avec le succès que nous connaissons.

DP214 et 215 en route pour la Sarthe.

Voici la DP212

Voici la DP214

Je n’ai pas encore à ce jour croisé la DP215.

Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur – Reproduction prohibited without permission of the author

@waltheradriaensen pistonsandwheels

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :